Un procédé de valorisation des latérites: l’hydrométallurgie

Après plus d’un siècle d’exploitation intensive des sols, la Nouvelle-Calédonie dispose aujourd’hui de beaucoup de minerai mais à faible teneur. Elle concentre environ 30% des ressources latéritiques mondiales. C’est pourquoi Vale Nouvelle-Calédonie a fait le choix d’utiliser le procédé hydrométallurgique, plus adapté, pour traiter les latérites à faible teneur.

L’hydrométallurgie est utilisée depuis le début du 20ème siècle pour le zinc, le cuivre et l’aluminium. Dans les années 50, ce procédé est adapté pour traiter des minerais latéritiques de nickel.

Plusieurs étapes permettent d’extraire le nickel et le cobalt des latérites du Grand Sud et produire de l’oxyde de nickel et du carbonate de cobalt:



Petit plus : l’hydrometallurgie dans le monde
L’hydrométallurgie est un procédé déjà utilisé dans plusieurs usines de par le monde :
Ambatovy (Madagascar), Ramu Nickel (PNG), Moa Bay (Cuba), Port Nickel (Louisiana, USA), Ravensthorpe (SA, Australie), Yabulu (QLD, Australie), Murrin Murrin (WA, Australie), Coral Bay (Philippines), Niihiama (Japon) et Vale NC (Nouvelle-Calédonie).

Une spécificité du procédé de Vale Nouvelle-Calédonie : notre colonne d’extraction permet de capturer sélectivement Ni, Co sans avoir recours au sulfure d’hydrogène, gaz toxique, comme dans les autres usines HPAL (Moa Bay, Murrin Murrin, Coral Bay).