Signature de la convention pour l’édition du conte « Xii, le faucon de l’île Ouen » entre Vale Nouvelle-Calédonie, l’Agence pour le Développement de la Culture Kanak et le Conseil Coutumier Drubéa-Kapümé, partenaires pour la promotion des langues kanak du sud de la Nouvelle-Calédonie

L’Agence pour le Développement de la Culture Kanak – centre culturel Tjiabou (ADCK-CCT), le Conseil Coutumier Drubéa-Kapümé et Vale Nouvelle-Calédonie publient « Xii, le faucon de l’Ile Ouen », un conte en nââ wèè, langue parlée à l’Ile Ouen. La convention pour la publication de cet ouvrage sera signée entre les partenaires mardi 29 septembre au Centre Culturel Tjibaou. La diffusion du conte est prévue pour fin 2015.

De la tradition orale à l’écrit
« Xii, le faucon de l’île Ouen » est une légende orale racontée par des locuteurs de l’Ile Ouen et transposée à l’écrit, en nââ wèè, langue vernaculaire parlée sur l’Ile. L’ouvrage est édité en français- nââ wèè et paraîtra dans la collection des contes kanak bilingues éditée par l’ADCK-CCT. Le conte est également disponible en version audio grâce à un CD inséré dans le livre.

Un ouvrage fruit d’une démarche collaborative
Cet ouvrage, co-édité par Vale NC et l’ADCK-CCT, en partenariat avec le Conseil Coutumier Drubéa Kapümé, est le fruit d’un véritable travail collaboratif:
- Vale Nouvelle-Calédonie, à l’origine du projet, a collecté les vocables et le conte, et a assuré la traduction en français,
- L’ADCK-CCT assure le découpage du texte, la réécriture, et réalise la version audio,
- Le Conseil Coutumier Djubea Kapümé a mis à disposition les personnes ressources.
La transcription respecte et suit le système d’écriture de l’Académie des Langues Kanak (ALK).

Promouvoir les langues vernaculaires
Dans le monde, une langue disparait tous les 15 jours. Le nââ wèè est aujourd’hui en voie de disparition. Elle fait partie des 28 langues kanak parlées sur le territoire. D’où l’importance de participer à sa préservation et de favoriser sa transmission en offrant aux enfants l’opportunité ludique et pérenne de se réapproprier leur langue maternelle.